Les enfants pansements

Un schéma que j’ai remarqué dans les familles autour de moi ainsi que dans la mienne c’est la dynamique des enfants utilisés pour réparer. Avec deux variantes selon les situations: l’enfant trophée et l’enfant oublié.

Il existe sûrement une autre appellation dans des livres de psychologie mais ce sont les termes qui me viennent à l’esprit pour désigner ces schémas.

L’enfant trophée

80504305_o.jpgComme le pompon de manège, un coup l’enfant est trophée un coup il ne l’est plus…

C’est quand l’enfant est souvent considéré comme le préféré dans la fratrie. Les moments où il est celui ou celle sur qui repose les espoirs des parents, les attentes ou rêves non réalisés. Il peut être celui qui ressemble le plus à un des parents ou justement celui qui ne ressemble pas du tout, si le parent ne s’estime pas, il y a de grandes chances pour que l’enfant trophée soit celui qui ne lui ressemble pas et vice versa.

Une valorisation importante des parents, avec compliments faits souvent devant les gens (dans le privé c’est une autre histoire). De l’extérieur il a l’air d’être mis en avant, en fait il subit une pression très grande pour les besoins de ses parents. Il a souvent l’impression qu’il n’a pas droit à l’erreur.

Il sert d’argument quand le parent n’arrive pas à faire plier l’autre enfant: « Tu pourrais faire comme ton/ta frère/soeur! Regarde comment il/elle m’obéit bien! ». Du point de vue des enfants, c’est du diviser pour mieux régner, ça n’encourage pas l’amour et l’entraide fraternelle, ça dévalorise celui mis au pilori et ça met une pression sur l’enfant « star ». Une sorte de chantage sous-jacent: « Si tu ne fais pas comme je veux tu ne seras pas aimé. »

Les parents construisent comme un espèce d’enclos avec des grandes barrières pensant protéger leur enfant des dangers qu’ils ont connus eux. Les enfants reproduisent le schéma, avec moins de galères mais sans réfléchir vraiment à leurs origines, à ce qui les a conditionné. Il y a du bon dedans évidemment mais il y a des poids qui pourraient être déposés pour une vie plus en rapport avec la nature réelle de la personne.

L’enfant trophée n’est pas valorisé pour lui mais utilisé pour valoriser le parent, remplacer un lien perdu ou compenser un rêve non réalisé. Et selon les situations, il est mis en avant ou complètement oublié, comme un trophée qu’on pose sur une étagère et qui prend la poussière.

L’enfant oublié

Résultat de recherche d'images pour "boss baby"« The boss baby »

C’est souvent le dernier de la famille mais pas toujours. C’est l’enfant qui a été plus ou moins voulu, qui est parfois surprotégé, sur lequel les attentes sont moins fortes de la part des parents. On a l’impression qu’il est chouchouté car il se fait  moins gronder mais en fait il négligé car justement ne reçoit pas les attentions dont il a besoin.

De ce fait il est souvent en difficulté, scolaire, relationnelle ou il se démarque par son approche originale de la vie. L’avantage c’est qu’il est souvent plus libre que l’enfant trophée vu que les attentes vis à vis de lui sont différentes.

Dans certains cas il exaspère l’enfant trophée car il obtient des choses à ses dépends en étant celui qui se sent plus « mal » que lui. Il peut arriver l’inverse, l’enfant trophée obtient tous les avantages…

Sa révolte inconsciente va consister à être distant, parfois géographiquement et ne pas faire ce qu’on attend de lui. Selon les cas le rejet sera tellement grand qu’il va reproduire sans le savoir les schémas qu’il déteste le plus car ayant pris de la distance, il ne travaille pas sur ses relations avec ses parents et du coup n’a pas les réponses dont il a besoin pour évoluer.

Son estime personnelle n’est pas très grande vu qu’il a souvent été incompris et dévalorisé. Il se met en couple avec une personne qui reproduit certains rapports qu’il a eut avec ses parents. Parfois il ne se met pas en couple du tout car il recherche l’amour d’un des parents et devient une espèce de « Tanguy », restant dépendant financièrement et affectivement du parent. Le parent se sentant coupable de cette évolution, lui donne ce confort mais ne lui donne pas l’essentiel: l’amour inconditionnel de soi et l’autonomie qui va avec.

Il arrive aussi que cet enfant qui s’est senti rejeté, transcende sa condition, épouse quelqu’un qui lui corresponde vraiment, fait ce qu’il lui plaît. C’est parfois très mal accepté par le ou les parents qui l’ont rejeté. Il représente cet élan de liberté que les parents n’ont pas su prendre pour eux. Et ils essaient souvent de rabaisser ce que fait cet enfant devenu adulte car cela ne correspond pas à leurs critères de bonheur. Il en est de même pour l’enfant trophée, il peut sortir à tout moment de cette dynamique et créer sa propre vie. Dans les deux cas les enfants peuvent même être surpris par la réaction de leurs parents qui finalement ne sont pas contre leur choix et donnaient des conseils selon leur vécus, ne pouvant pas envisager toutes les possibilités.

Je schématise évidemment, il y a plein de cas différents avec plein de subtilités selon les histoires familiales. Ces rôles sont souvent vécus tour à tour par les enfants selon les circonstances. Ils ont en commun leur rôle de compensateur des blessures non guéries des parents. Ils sont mis en valeur pour des comportements attendus par leur parents, pas pour ce qu’ils sont réellement. L’enfant peut tellement avoir besoin de reconnaissance du parent qu’il oublie en grande partie ce qu’il est pour être accepté. Il pense agir de son plein gré alors que ses choix de vie sont très influencés par les attentes parentales (métier, relations affectives).

Une nouvelle génération?

photo_big3587Incarner ce qu’on prône…

Ces schémas sont transmis par les générations précédentes qui ont eut des parcours peu libres: mariages arrangés, familles nombreuses, événements historiques difficiles. Les enfants ont du se battre pour obtenir de l’attention de la part de leur parents qui eux mêmes vivaient des situations éprouvantes.

Il est évident qu’on peut avoir des affinités avec des enfants plus que d’autres, selon le sexe, le caractère, l’âme. Il n’est pas question ici de traiter les enfants de la même façon puisqu’ils sont différents à la base mais justement de les respecter et de s’adapter. Voir les différences des parents et des enfants comme des richesses qui alimentent le foyer, ne pas essayer de tout être pour l’enfant, il aura plein de modèles autour de lui. Il faut une tribu pour élever un enfant dit un proverbe africain.

Chaque enfant apporte un message, une direction, met en lumière des aspects de nous qui ne sont pas achevés. Ce sont les miroirs les plus proches de notre évolution spirituelle.

Le mieux que l’on puisse faire pour éviter d’instrumentaliser nos enfants c’est de sortir de nos conditionnements, savoir qui sont nos parents, se sont ils aimés? Quelle est leur histoire? Leurs rêves, leur regrets? Si on voit d’où on vient on peut mieux comprendre qui on est. En étudiant la généalogie, on peut découvrir qu’on reproduit ce qu’à fait un grand père, une tante...Faire des choses pour nous, être heureux, incarner l’exemple au lieu d’imposer à l’enfant des choses que nous ne faisons pas. Comme imposer des leçons de piano parce que ça fait bien en société alors que l’enfant voudrait jouer de la guitare par exemple. Finalement, la façon dont on traite nos enfants reflète la façon dont on se traite soi même.

La structure pyramidale de la société (école puis entreprise) se retrouve dans les familles, où il faut écouter ce que disent les parents sans rien remettre en question, parce que c’est comme ça, ça a toujours été et on ne peut faire autrement.

Une nouvelle génération d’enfants arrive, plus éveillés, parfois plus actifs et rebelles. Ils viennent pour bousculer ces schémas. Il est important de les observer car comme les gens ou situations qui nous entourent, ils donnent des clés essentielles pour devenir meilleurs.

Image associée

Nathalie Dauphin

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s