Ce que j’ai fait après ma fausse couche…

Un sujet tabou

J’ai hésité à faire cet article maintenant car je suis enceinte de 4 mois et demi. J’étais tentée de rester dans ma bulle bisounours et j’avais peur d’affecter l’enfant que je porte actuellement avec de mauvais souvenirs. En même temps l’article prenait forme dans ma tête avec tout ce qui s’est passé et quand j’ai la machine à laver qui se met en marche comme ça, l’article ne va pas tarder à pointer son nez…

Résultat de recherche d'images pour

J’ai senti que ça me faisait encore mal d’y penser et que le formuler, le verbaliser maintenant ça serait peut être mieux pour moi et mon bébé. Je sens l’importance de l’impact du transgénérationnel (transmission des traumas de génération en génération surtout avec des non dits) et mon expérience personnelle des soins holistiques m’a plus d’une fois démontré l’importance de laisser sortir les émotions quelles qu’elles soient, comme des orages pour que le beau temps revienne. Sinon le trauma nous contrôle inconsciemment et recrée des situations jusqu’à ce qu’on comprenne qu’il faut le regarder bien en face pour le laisser partir.

Les enfants sentent tout et peut être encore plus dans cette situation.

Un état entre deux

En Août 2016 après 2 mois de grossesse, je saigne régulièrement pendant plusieurs jours. Mon corps se dégonfle progressivement, tous les signes d’une fausse couche sont là. Je vais à l’hôpital à deux reprises et les échos ne sont pas bonnes, petite taille, pas de battement de cœur et je découvre que ce sont des jumeaux qui ont arrêté leur croissance à 1 mois 1/2. Je passe par les 5 étapes du deuil: le déni, la colère, la négociation, la dépression, l’acceptation, le tout dans le désordre comme au loto.

Résultat de recherche d'images pour

Au début de ma grossesse, plusieurs personnes qui ne se connaissaient pas me faisaient la blague « Ah c’est peut être des jumeaux! » et ma réaction était immédiate: « Ah non! ». On était dans une situation incertaine et instable financièrement, je n’étais pas rassurée. Et en même temps cette grossesse représentait aussi un alibi pour moi pour ne pas prendre un boulot qui ne plaisait pas. Cela mettait une grosse pression sur mon mari. Je ne trouvais pas cela très juste vis à vis de lui et de l’enfant, j’avais l’impression de me servir d’eux. De plus, je souhaitais un 2ème enfant, pas deux enfants en même temps, le concept des jumeaux ne me parlait pas du tout.

Trois solutions m’étaient proposées: le curetage sous anesthésie générale (Quel mot poétique!), l’ovule à placer à l’intérieur pour provoquer les contractions et faire sortir les foetus (Super c’est moi qui fait le bourreau et en plus c’est pas garanti que tout sorte donc peut être curetage après), ou laisser faire la nature (Génial! L’état en suspens enceinte mais pas enceinte avec deux être morts en moi, Zombiland me voilà, impossible de passer à autre chose). On devait prendre la route pour un retour chez nous et je me voyais mal laisser cela en suspens. Et si l’ovule ne marchait pas, ça faisait deux traumatismes au lieu d’un. J’ai choisi le curetage. J’ai dû attendre 4 jours avant de pouvoir être opérée, ça a été très long, du coup j’étais très calme pour l’opération, j’avais envie que tout ça se résolve.

Résultat de recherche d'images pour

Pendant ces 4 jours j’ai dessiné ce que je vivais, en m’inspirant du travail d‘art thérapeute de Georges que j’avais rencontré lors d’un stage. Et du coup ma situation devenait moins moche, c’était plus doux. J’ai laissé sortir les larmes, j’ai expliqué la situation de façon simple et sans détours à ma fille de 3 ans. Mon mari et ma fille étaient présents et compréhensifs, on a échangé nos impressions et sentiments vis à vis de cette situation. Mon mari m’a expliqué que quand il a su que j’étais enceinte, il était heureux de faire un autre enfant et qu’en même temps les circonstances n’étant pas propices selon lui, il avait peur de ne pas pouvoir l’accueillir comme il le voudrait.

Il y a sûrement des millions de raisons pour lesquelles un enfant ne vient pas au monde. Des raisons karmiques (l’âme choisit de s’incarner qu’un certain temps pour expérimenter la matière), médicales, psychologiques…

Je me suis demandé quelle était ma part de responsabilité dans cet événement.

Dans la même période, la grand mère de mon mari décédait et j’assistai à l’enterrement deux jours après mon opération. Le père de mon mari a un jumeau...Je venais de perdre des jumeaux et des jumeaux venaient de perdre leur mère. C’était troublant…

Soin des 5 déesses

De retour chez nous, j’ai pris rendez vous avec Louis Coret, praticien en MTC (médecine traditionnelle chinoise) pour faire une vidéo sur lui pour notre chaîne Kami live. Mon mari était là pour filmer et ça tombait bien car dans la fausse couche l’homme est concerné aussi. J’avais des douleurs au ventre, comme des poignards à l’intérieur, et je me disais que le curetage avait peut être laissé des traces ou que l’utérus se remettait en place, c’était peut être émotionnel aussi. Difficile de savoir ou même de trouver des infos à ce sujet.

Résultat de recherche d'images pour

Louis m’a proposé un soin des 5 déesses, une technique de Miranda Grey (la bénédiction de l’utérus. ) qu’il a couplé avec sa formation pour aider les femmes à se reconnecter à leurs voix intérieures. A l’aide de moxas (bâtons d’armoise chauffés), il stimule des points clé du ventre en survolant la peau. Chaque déesse correspond aux archétypes​ des périodes du cycle de la lune chez la femme: la déesse, la jeune fille, la mère, l’enchanteresse et la sorcière. J’ai pu percevoir où en j’en étais vis à vis de la fausse couche, j’ai pu avoir accès à mon subconscient à travers ces archétypes.

Résultat de recherche d'images pour Il nous a conseillé ensuite de faire un rituel mon mari et moi: fabriquer chacun des poupées en paille, bois, herbe, ce qu’on veut, pour représenter les jumeaux. Car on est deux pour faire un enfant, le père est acteur aussi même s’il le vit différemment. Et les enterrer pour nous permettre de laisser aller les émotions que nous avions pour cette grossesse (espoir, peur, déception, déni, tristesse, culpabilité…). Nous l’avons fait et j’ai ressenti quelque chose de très fort, j’avais la tête qui tourne.

Les âmes vagabondes

Buse-en-vol.jpg

Par la suite, j’ai pris rdv une kinésiologue pour travailler sur cette problématique. Elle est clairvoyante également donc elle a senti que les âmes des jumeaux étaient encore là. Ils faisaient des allers retour entre ciel et terre car ils sentaient ma culpabilité. Je les ai vu aussi , ils étaient de chaque coté, elle m’a aidé à les faire monter vers la lumière. La culpabilité était cachée dans mon subconscient et je ne me rendais pas compte à quel point je la vivais car j’essayais de passer à autre chose…

Un renouveau

En Février 2017 (6 mois après) je suis enceinte à nouveau. Je suis heureuse et en même temps je flippe. Quand je suis arrivée vers les 1 mois et demi, j’ai ressenti les mêmes sensations de poignard dans le ventre, j’ai eut des petits saignements, je me suis demandé si mon enfant était mort ou vivant.Résultat de recherche d'images pour

Au même moment, je commence à travailler sur l’identité visuelle du site des 9 souffles de Nicolas et Anne Ena Bernard. Nicolas me propose de tester leur nouveau jeu de cartes qui permet d’obtenir des réponses sur des questionnements quotidiens. Je lui explique ma problématique du moment, mes peurs. Je tire une carte et il me conseille de parler à mon enfant plutôt que de lui imposer une interrogation binaire. De le faire participer en quelque sorte, qu’il soit vivant ou mort, il est là et il a un message à transmettre.

A ce moment je me suis suis détendue et je me suis connectée à mon enfant. L’image d’une fleur dorée qui s’ouvre est arrivée dans ma tête. Avec cette info « Il est vivant! ».

Chose qui a été confirmée à ma première échographie, j’ai vu qu’il avait la bonne taille, le coeur qui bat, ça m’a un peu surprise car j’avais encore le souvenir de la dernière écho où il était difficile de localiser les jumeaux. J’ai souri avec joie et soulagement.

11872196_1023327487700294_2927165733880768981_o.jpg

Après tous ces soins, cela restait un événement difficile à relater et à remémorer et peut être le fait d’être enceinte décuple ma sensibilité sur le sujet. En finissant d’écrire cet article je me sentais encore mal et je me suis demandé si c’était utile d’écrire dessus et si je ne ravivais pas quelque chose qui ne pouvait être guéri. Je me suis rendue compte qu’il me manquait une dimension, une raison derrière cet événement pour l’accepter. Je ne crois pas au hasard, je sens que tout est imbriqué dans l’univers.

L’article de Mademoiselle Bien être où elle explique les liens karmiques entre sa grossesse et la maison hanté où elle vivait m’a inspiré pour faire cette recherche:

http://www.mademoiselle-bien-etre.fr/le-scenario-parfait-de-linvisible/

J’ai demandé à David, un ancien du stage de Serge Boutboul auquel j’ai participé de me faire une lecture des guides, le faire moi même étant trop difficile vu mon implication dedans. Il s’est connecté à mon guide supérieur et a demandé quelles étaient les raisons de ma fausse couche dans le monde invisible.

Mon mari et moi n’étions pas prêts, pas assez ouverts pour accueillir ces enfants, que le futur enfant avait besoin qu’on soit plus évolués pour qu’il puisse accomplir sa mission de vie sur terre. Il a vu que dans une autre vie j’étais un jeune garçon qui harcelait les autres, que je devais apprendre la compassion. Que j’étais une guérisseuse et que le fait de vivre la douleur me permettait de mieux comprendre mes patients, d’être dans la compassion. C’est exactement ce que j’ai ressenti après la fausse couche, que ce n’était vraiment pas quelque chose que je pouvais imaginer sans l’avoir vécu. Du coup je ressentais une plus grande tolérance et douceur vis à vis de la souffrance d’autrui. David a vu mes chakras s’ouvrir complètement après la fausse couche, un grande connexion avec l’univers.

J’ai compris pourquoi j’ai écris cet article, il m’a permis d’explorer un aspect qui restait encore dans l’ombre et que c’était bien de le faire maintenant car je commençais à oublier ce qui s’est passé.

Je remercie les personnes qui m’ont aidé à me rétablir sur plusieurs plans. A mon amie Naomi qui m’a fait un soin Oznu à distance et qui m’a soulagé pour mes sensations piquantes abdominales.

A Hélène qui m’a fait un soin chamanique au tambour lors d’un salon bien être et qui m’a dit qu’une grossesse se représenterait peut être dans les 3 mois et elle a vu juste! Son approche chaleureuse et respectueuse m’a fait du bien.


La fausse couche est un sujet dont on entend peu parler alors qu’il touche beaucoup de femmes. Il crée beaucoup d’émotions, peut être plus qu’une maladie car il implique la création d’un être et du coup on peut avoir l’impression de porter une grande responsabilité. Plus que tout, il met en lumière notre rapport à la naissance, à la mort, à la parentalité. C’est un événement très particulier où on passe de la vie à la mort en très peu de temps.

Un sujet qui mériterai d’être plus exploré et traité d’une façon plus large ainsi que tout ce qui a un rapport avec les cycles féminins et la grossesse, avec toutes les dimensions que cela comporte afin d’être mieux vécu et compris.

Résultat de recherche d'images pour

Nathalie Dauphin

Publicités

2 réflexions au sujet de “Ce que j’ai fait après ma fausse couche…”

  1. Merci pour ce merveilleux texte.
    Si tu le souhaites, Helene Gerin est en train d’écrire un livre sur « comment l’entourage peut créer des ponts avec les parents endeuillés ».
    Elle met bcp d’amour dans l’écoute des parents qui souhaitent en parler.
    Tu pourras la trouver sur FB.
    Belle nouvelle aventure à toi..
    Rachel

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s